Nous sommes tous reliés

Vers la fin elle redevenait un enfant ma mére.Je l’écoutais à genoux dans ma tête parce que je l’aime.

Elle me disait :  »Peut être que je suis folle, mais le vent me fais peur, l’orage les éclairs. peut être que ce n’est pas bien de cette façon de réagir à tout, de vivre autant les choses, même si je me rend compte que je n’y peux rien. Ma volonté n’influe pas dans ces événements »….et la sa pensée s’en va s’en va…silence)

Elle reprend:  »Cependant je suis peinée car mon raisonnement à l’air d’excuser toute passivité devant les événements, comme si la peur me paralysait. Je me rend compte que je peux avoir des initiatives -bien sûr- un certain pouvoir sur les choses.
Mais je n’oublie jamais que les planètes nous gouvernent, que nous sommes dans l’univers et que en même temps en étant une si petite partie de l’univers nous sommes aussi l’univers en entier. »

Elle a su employer de beaux mots pour dire des choses qui la dépasse et j’ai puissé dans ses paroles comme dans l’eau d’un puits.

Publicités

A propos Didier Madras

J'aime Écrire, M'éveiller. Croire. Aimer.Grandir. Décider. Changer. Me réinventer. Agir. Expérimenter. Réussir. Oser. Rêver. Gagner. Découvrir. Penser, M'engager.
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s